Cet article sur la typologie fait suite à la présentation des fonctions cognitives selon C Jung. Leur combinaison permet de mettre en évidence 8 fonctionnements psychiques et les 16 combinaisons du MBTI®.

La typologie en 8 fonctions cognitives

Sur les deux axes « Perception » et « Jugement », chacune des fonctions se décline en un mode introverti et un mode extraverti. On obtient ainsi 8 fonctions cognitives, parmi lesquelles chacun a une fonction dominante. La dominante est nécessairement de la même énergie introversion / extraversion que le caractère de la personne.

Les fonctions de perception

  • Perception factuelle, concrète orientée sur le présent ou le passé : la sensation (S)
    • Sensation introvertie (Si) : recueil des informations à partir de ce qui est intérieur, de l’expérience, du connu, du passé.
    • Sensation extravertie (Se) : perception sensorielle du monde extérieur, orientée sur l’action concrète.
  • Perception abstraite, globale, orientée sur les possibles et l’avenir : l’intuition (N)
    • Intuition introvertie (Ni) : imagination tournée vers l’intérieur, sur une vision de l’avenir, des éléments sous-jacents.
    • Intuition extravertie (Ne) : imagination tournée ver l’extérieur, pour provoquer le changement, créer, transformer
Typologie des fonctions cognitives de perception : modalités de recueil des informations

La majorité des gens ont un mode de perception tourné vers la sensation, et plus précisément la sensation introvertie (46 % de la population).

Les fonctions de jugement

Les fonctions de jugement sont des modalités d’évaluation des informations, d’appréciation de ce qui a été recueilli via les fonctions de perception. Elles débouchent sur une prise de décision (ou sur une incapacité à décider, si l’évaluation tourne en boucle).

  • Evaluation selon les valeurs, le bien et le mal : le sentiment (F)
    • Sentiment extraverti (Fe) : appréciation tournée vers l’extérieur, les autres, pour trouver l’harmonie entre les gens
    • Sentiment introverti (Fi) : appréciation tournée vers l’intérieur, les valeurs personnelles, le sentiment du bien
  • Evaluation selon la logique, le vrai et le faux : la pensée (T)
    • Pensée extravertie (Te) : évaluation tournée vers l’extérieur, pour décider et organiser le monde
    • Pensée introvertie (Ti) : évaluation tournée vers l’intérieur, pour comprendre la logique, trouver une explication
Typologie des fonctions cognitives de jugement : modalités d'évaluation des informations

Les fonctions de jugement ont une dynamique de prise de décision, surtout lorsqu’elles sont tournées vers l’extérieur. Ainsi, le sentiment extraverti Fe et la pensée extravertie Te s’expriment par des consignes « Ensemble ! » ou « En avant ! » plutôt que par des questions.

Le tableau entier peut être consulté au format pdf en cliquant ici. 

Stress et relations entre les fonctions

Les fonctions présentées en diagonales sont des opposées. Par exemple, pour une personne fonctionnant en Si, un interlocuteur orienté en Ne sera facteur de stress. Il jugera durement les excès de cette fonction : prise de risque, manque de réalisme. A l’inverse, le Ne percevra le Si comme rigide et tatillon.

Ces oppositions en diagonales peuvent être conflictuelles ou complémentaires selon la façon de prendre en compte autrui.

D’autre part, les travaux de F Marquet mettent en évidence que sous l’effet d’un stress moyen, chacun a tendance à abandonner sa fonction dominante pour aller sur celle d’énergie opposée (à côté dans le tableau). Ainsi un Ti, introverti tranquille tourné sur l’analyse du monde, deviendra en cas de stress un Te autoritaire et tranchant. De même, un Se débrouillard et efficace aura tendance en cas de stress à fonctionner en Si : il se focalisera sur les détails et résistera au changement.


La typologie des fonctions cognitives utilisée par le MBTI®

La fonction dominante est associée à une fonction secondaire complémentaire. Ainsi, si la dominante est en perception, la secondaire sera en jugement et inversement. En outre, si la dominante est introvertie, la secondaire sera extravertie (et inversement). Par conséquent, pour chacune des 8 fonctions dominantes, il y a deux fonctions secondaires possibles. On arrive ainsi aux 16 personnalités identifiées par le test MBTI®.

Les 16 types de personnalité

Par exemple, Si / Te est appelé « l’inspecteur ». Il puise ses informations à l’intérieur (Si), selon l’expérience, les règles à appliquer, la tradition. Mais il interagit avec l’extérieur avec sa fonction extravertie, la secondaire, Te. Cette dernière lui confère sens de la décision et de l’organisation, ainsi que de l’autorité. Par conséquent, Si / Te est naturellement pragmatique, factuel, il gère la logistique et assure le respect des traditions.

4 familles de comportements

Les 16 personnalités sont regroupées en 4 familles :

  • SJ – les « gardiens » : respectueux des traditions et des règles, ils sont ancrés sur des valeurs de responsabilité, de stabilité, d’appartenance. Très fiables, ils ont un fort sens du respect et de la hiérarchie. A l’extrême, ils peuvent être rigides, refuser la nouveauté et sombrer sous une organisation bureaucratique ou sous le poids des responsabilités. Ils se portent souvent volontaire pour les activités profitables au groupe ou pour la protection des faibles.
  • SP – les « artisans » : pragmatiques épris de liberté, de changement, de plaisir, ils sont adroits et débrouillards. Ils évitent la routine et rejettent les règles. Très à l’aise dans l’action, ils sont d’une grande efficacité pour toute réalisation concrète. Ils sont sociables et décontractés. A l’excès, ils peuvent devenir insouciants, imprévisibles et prendre des risques. Les situations de crise et de compétition leur conviennent bien, ce sont d’excellents tacticiens.
  • NF – les « diplomates » : en recherche de sens, d’identité, de réalisation de soi, ils sont des idéalistes au service de l’humanité, en quête d’harmonie. Ils sont très empathes et préfèrent les ambiances chaleureuses et coopératives. A l’excès, ils peuvent devenir hypersensibles et prendre à titre personnel toute remarque. Ils transmettent les idées et influencent les cultures ; ils sont à l’aise comme conseillers plutôt qu’en situation d’autorité.
  • NT – les « rationnels » : ils recherchent les principes et théories pour comprendre le monde. D’esprit curieux et ouvert, ils sont directs et privilégient la compétence. Ils prêtent peu d’attention aux apparences et peuvent faire preuve d’un détachement jusqu’à la distraction. Ils peuvent paraître ou devenir hautains et froids, arrogants et cyniques. D’autre part, ils sont plus intéressés par la conception que la réalisation, qu’ils gagnent à déléguer.

Utilisation de la typologie

Les tests de personnalité sont souvent utilisés comme photos caricaturales pour prédire un comportement. Néanmoins, leur intérêt est plus large. En effet, la typologie des fonctions cognitives permet d’approcher la diversité et la complexité des rationalités humaines. Chacun a sa façon de recueillir et d’évaluer l’information, aboutissant au même résultat que l’autre à partir de données différentes… Ou à un résultat différent à partir des mêmes informations !

En outre, si la typologie vise à identifier la fonction dominante d’une personne au naturel, il convient de tenir compte des effets du stress. Ce dernier provoque des changements dans la fonction exprimée. Par conséquent, au sein d’un groupe, il y a 8 fonctions cognitives possibles, et chaque membre du groupe peut changer de mode d’expression à tout moment ! Cela ouvre la porte à une lecture de la complexité du fonctionnement du groupe.

Photo on Foter.com
Pour aller plus loin :
- Le MBTI sur Wikipédia (avec des liens vers chacun  des 16 types)
- Les types de personnalité, par P Cauvin et G Cailloux
- A chacun son cerveau à chacun sa réussite, par F Marquet
- Site avec auto-test des fonctions cognitives selon le MBTI
Crédit photo titre : Photo by Rodion Kutsaev on Unsplash