Le Dragon en astrologie chinoise est un signe puissant, plein d’énergie et porteur de chance. Il symbolise l’ambition et le pouvoir de dominer les autres.

Le natif du dragon est décrit comme passionné, il atteint ses buts coûte que coûte (la diplomatie n’est pas son fort). Autoritaire, perfectionniste, il est aussi exigeant envers lui-même qu’envers les autres. Il est aussi capable d’aider les autres, de les coacher ; il est admiré pour son savoir et sa capacité à dépasser les sommets. Il aime transmettre et encourager. Il est également un excellent entrepreneur et manager qui sait dénicher les meilleurs plans, observer et sentir les opportunités, repérer les failles de ses adversaires.

Le Dragon serait un leader-né, prédestiné à diriger… 

Chaque médaille a son revers et si le dragon paraît avoir tant de facilités, n’oublions pas qu’il est illusion et fait illusion. Il n’existe pas, c’est un animal de parade, une figure de Carnaval, un symbole. C’est un animal chimérique.

L’idée d’une aptitude innée au leadership est une illusion. La reconnaissance d’un leader par ceux qui le suivent est née de leur illusion qu’il peut répondre à leurs besoins, satisfaire leurs attentes, voire se conduire en messie tout-puissant.

Etre leader, être reconnu par les autres : est-ce une illusion ? Les effets en sont pourtant bien concrets.   

Quel chemin peut mener un manager sur la voie du Dragon, entre l’illusion du pouvoir, la réalité de l’humanité et l’ambition de contribuer au bien commun ?

Née l’année du dragon de feu, ce sont ces questions que j’explore, à travers lectures, réflexions et échanges.  Petit dragon deviendra grand, il apprendra à utiliser sa flamme pour éclairer la complexité de la réalité.