La Nature de la Nature est le premier des six tomes de la Méthode par Edgar Morin. Il s’agit de son œuvre définissant la complexité, et d’une invitation à de nouveaux outils conceptuels pour une pensée complexe.

Résumé de lecture

L’univers physique est le lieu même de la création et de l’organisation.
La pensée complexe est présentée comme un nouveau paradigme de réflexion et de compréhension du monde. Elle appelle une nouvelle méthode visant à relier ce qui était séparé.

La Nature de la Nature : la vie est-elle née par hasard au sein du désordre ?

L’ordre, le désordre et l’organisation

En premier lieu, E Morin met en évidence l’évolution des connaissances, notamment en physique moléculaire et cosmologie. Il associe ordre et désordre, et les lie à la notion d’organisation pour penser la complexité. De nouveaux modes de pensées sont nécessaires pour aborder la complexité. Il met en avant le fait de réfléchir des concepts antagonistes de façon dialectique, ainsi que le concept de système.

Le désordre est part intrinsèque de la Nature, et résiste aux efforts passés des sciences pour identifier un ordre fait de Lois intangibles. L’étude de la physique montre que ce désordre est aussi organisateur et créateur d’ordre, depuis la création de l’univers. Le second principe de thermodynamique (l’entropie) amène à penser la relation entre ordre et désordre.

La compréhension de la dialectique ordre / désordre nécessite une nouvelle approche conceptuelle et une nouvelle vision du monde.

Ensuite, E Morin propose un outil conceptuel : le système, qui repose sur des interrelations et une organisation. Ainsi, le système est une entité qui permet une appréhension complexe. Il possède à la fois plus et moins de propriétés que les parties qui le composent.

« Le système est un tout qui prend forme en même temps que ses éléments se transforment. »

« Le développement de la complexité requiert donc à la fois une plus grande richesse dans la diversité et une plus grande richesse dans l’unité (qui sera par exemple fondée sur l’intercommunication et non sur la coercition). »

E. Morin, La Nature de la Nature
La Nature de la Nature : apparition d'un ordre naturel

Bases conceptuelles

Dans La Nature de la Nature, E Morin définit des bases conceptuelles pour réfléchir l’organisation dans la complexité :

  •  Machine : une organisation active génère des actions et/ou est générée par des actions. Tout être physique en action, c’est-à-dire organisateur, peut être considéré comme machine (cf cybernétique). Les machines incluent les étoiles, les moteurs naturels (tourbillons, feu…), les êtres vivants, la société humaine, les artefacts artificiels.
  • Soi : définition de l’existence. Le soi est la reconnaissance par l’être sur lui-même ; son existence est assurée par le caractère actif de son organisation toujours mouvante.
    La boucle récursive, à la fois fermée et ouverte, devient la base de réflexion d’une existence inscrite dans son environnement.
    L’auto-éco-ré-organisation est le trait de la vie et de la complexité des êtres vivants.
  • Communication : la cybernétique pose les bases de la théorie de l’information, laquelle contribue à l’organisation par la commande. E Morin en élargit les concepts pour passer du pilotage de machines artificielles à la réflexion sur les organisations humaines. Dans ce cadre, il revient sur la notion d’appareil, la dialectique asservissement / émancipation et la communication.
  • Causalité : E Morin révise la notion de causalité dans la complexité, à travers la générativité (création d’un Soi), la finalité et une relation cause-effet créatrice d’incertitudes.
Causalité complexe

Par comparaison entre machine artificielle et machine vivante, Edgar Morin revient sur les liens entre physique, biologie et anthropo-sociologie. Il met en avant les liens réciproques entre disciplines pour qu’elles se nourrissent les unes les autres. L’objectif est de relier.

Organisation et information

Enfin, dans la 3ème partie de la Nature de la Nature, le concept de néguentropie (création d’ordre) reprend la boucle désorganisation / réorganisation. Cela aboutit à la description de l’organisation-productrice-de-soi.

E Morin reprend et élargit la théorie physique de Shannon sur l’information. A partir de l’exemple de l’ADN, il souligne les propriétés génératives et organisationnelles de l’information. Celle-ci contribue à la complexité de la vie et des sociétés humaines.

Le concept d’information est polymorphe et complexe et n’existe que dans un cadre relationnel. Cela amène à relativiser cette notion, ainsi que son usage en termes d’observation scientifique. La connaissance devient une relation complexe entre l’objet (le réel) et le sujet (l’observateur).

L'observateur crée-t-il de la connaissance ?
Crédits photos :
Photo by Nicolas LB on Unsplash
Photo by Kaleb Dortono on Unsplash
Photo by NASA Goddard Photo and Video on Foter.com / CC BY
Photo by Mahkeo on Unsplash