« Essaye encore ! Déjouer les pièges relationnels au travail avec l’approche Palo Alto » est un livre sur les impasses relationnelles en management. Une grande part est faite aux exemples pratiques à partir de situations professionnelles vécues.

Essaye encore !

Essaye encore : l'utilisation de la méthode Palo Alto en management

« Essaye encore ! » est le fruit de la coopération de Karine Aubry et Estelle Boutan, coachs spécialisées en accompagnement sur les postures relationnelles.

Ce livre est très facile à lire grâce à des nombreux exemples très vivants. Il permet de plonger dans leur vécu de coach. Un autre exemple est présenté sur le blog Colibri coaching.

Dans le libre, des encadrés viennent apporter des notions-clés au fur et à mesure des histoires vécues. La double contrainte, le paradoxe d’Abilène, la position basse, le but conscient… sont introduits avec légèreté.

Les exemples sont nombreux : le manager méfiant qui contrôle tout dix fois, la perfectionniste qui s’épuise, celle qui est trop efficace pour gagner la confiance ou celui qui n’ose pas exprimer un retour négatif… Autant d’histoires de managers qui voudraient que les choses changent. Néanmoins, tous continuent à « essayer encore » de faire la même chose.

Néanmoins, je reste un peu sur ma faim au terme de cette lecture. J’ai du mal à m’extraire des exemples cités pour en tirer des réflexions ou des pistes pour un management relationnel. Les sujets sont très, trop illustrés : la lecture est légère, l’apprentissage aussi. Et il en reste peu de choses une fois le livre refermé.

Pour autant, ce livre est une très bonne introduction à l’utilisation des théories de l’école de Palo Alto en management.

L’approche Palo Alto en coaching

L’approche Palo Alto est décrite comme systémique, stratégique et pragmatique. Elle étudie les interactions entre les personnes, sans jamais s’attarder sur les motivations psychologiques ni chercher à savoir qui a tort ou raison. La priorité est sur le « ici et maintenant » et très orientée en résolution de problème.

L’approche en coaching vise à identifier le problème tel que le vit l’acteur. L’objectif est d’identifier en quoi il fait « toujours plus de la même chose ». En effet, les actions parfaitement sensées et logiques que nous mettons en place pour corriger un problème contribuent souvent à l’aggraver.

Notamment en matière de management : recadrer un subordonné en retard va-t-il le motiver à être à l’heure la prochaine fois ? Et si à chaque retard je réagis de la même façon, quel cercle action / réaction se crée entre nous ?


Pour un management relationnel

L’approche Palo Alto propose d’essayer autre chose. Pas forcément selon les canons du parfait petit manager, mais en fonction du coût perçu par l’acteur. La situation lui convient-elle ? Quel serait le coût du changement ?

Pour chercher une sortie à une boucle problématique, il faut d’abord l’identifier. Quels croyances, aveuglements émotionnels, prophéties autoréalisatrices, habitudes ou autres escalades nourrissent le cercles de nos relations insatisfaisantes ?

Une fois la situation identifiée, l’accompagnateur formé à la méthode Palo Alto a une préférence pour les actions paradoxales. Celles-ci vont à contre-sens des actions induites par le bon sens ou la logique des acteurs. Et si vous arrêtiez d’aider vos collaborateurs, il se passerait quoi ? Et si vous acceptiez de décevoir votre N+1 ? Et si…

Le principe est avant tout de réaliser en quoi nos comportements induisent chez l’autre des réactions qui contribuent aux résultats que nous voulons changer. Puis à essayer d’agir autrement, de commencer par changer notre attitude.

Cette approche est une invitation à lâcher prise sur la volonté d’induire le changement chez les autres. C’est aussi une proposition pour mieux comprendre en quoi nos comportements contribuent au système dans lequel nous sommes. Nous nous ouvrons ainsi au mystère, à accepter qu’autrui a une autre vision du monde.

Crédits photos : 
Photo by davidfntau on Foter.com / CC BY-NC-SA
Photo by Pablo Municio on Foter.com / CC BY-NC-ND
Photo by NASA's Marshall Space Flight Center on Foter.com / CC BY-NC