« A chacun son cerveau, à chacun sa réussite » est un livre de Frédéric Marquet. Il y présente le fonctionnement du cerveau avec des modèles inspirés des neurosciences : l’approche Actiontypes® et la Neuro-Harmonisation® .

Ces éléments tirent leurs sources des travaux de C Jung sur les fonctions cognitives. Le début du livre résume les préférences : introverti / extraverti, sensation / intuition, sentiment / pensée et perception / jugement. Les apports de F Marquet sont surtout l’utilisation des fonctions cognitives pour la gestion du stress, et le lien entre psychique et physique.

Fonctions cognitives et neurosciences

F Marquet souligne des liens entre des éléments biologiques et les fonctions cognitives identifiées par C Jung. Ainsi, les introvertis auraient un système d’activation réticulé (fibres nerveuses entre le tronc cérébral et le cerveau) plus dense. Afin de ne pas être submergés par les stimuli, ils se ferment au monde pour se concentrer. Au contraire, les extravertis ont une activation plus faible et recherchent des stimuli plus forts dans le monde extérieur.

L’approche Actiontypes® établit des liens entre éléments physiques et fonctions cognitives. Ainsi, le centre de gravité et le profil de marche sont différents selon que la perception soit sensorielle ou intuitive. Les mouvements des yeux ou la respiration (haute ou basse) dénotent des fonctions de jugement orientées pensée ou sentiment.

Source : A chacun son cerveau, à chacun sa réussite ! F Marquet

En outre, l’approche Actiontypes® inclut des tests physiques. Lorsque nous utilisons nos fonctions psychiques de prédilection, nous assurons notre stabilité physique. A l’inverse, sous l’effet du stress ou du mensonge, notre cerveau peine à gérer la motricité et les alignements de chaines musculaires : notre équilibre physique est moins stable.

Ces éléments démontrent que les fonctions cognitives dominantes sont innées. Le profil selon le MBTI® serait révélateur d’un fonctionnement physique autant que psychique. Néanmoins, chacun peut utiliser toutes les fonctions, volontairement ou sous l’effet du stress. Se connaître permet de savoir quelle est sa fonction « préférée », celle dans laquelle chacun est à l’aise.

Connaître son cerveau et l’influencer

A chacun son cerveau, à chacun sa réussite

Après avoir présenté les bases de la connaissance de soi à travers le diagnostic du profil, F Marquet approfondit l’apport de la Neuro-Harmonisation®.

Le principe est de stimuler certains modes de fonctionnement du cerveau :

  • Soit par des mouvements oculaires
  • Soit par des stimulation physiques (tapotements, massages) sur le visage ou les mains.

Les mouvements ou les zones stimulées dépendent du profil de la personne et de l’effet recherché (renforcer la créativité, diminuer un stress, se concentrer sur un calcul compliqué, …).

De façon plus générale, le livre invite à se connaître et à accepter que les autres aient des modes de fonctionnement différent. Cela contribue à un meilleur travail d’équipe. Par exemple, un extraverti créatif bouillonnant d’idées peut être, par son seul comportement, une source de stress pour un collègue orienté « jugement introverti ». Ce dernier aura besoin d’ordre, de planification, de respect des procédures, etc. La recherche en commun de modes de travail respectueux des besoins de chacun est gage d’efficacité collective.

A chacun son cerveau et son stress

F Marquet explique comment sous l’effet du stress, le profil cognitif se modifie. Il développe pour chaque profil les différents niveaux de stress. Un bref résumé est ici repris à titre d’exemple pour l’INTP et l’ISFJ.

A chacun son cerveau : stress léger

Stress léger

Sous l’effet du stress léger, le cerveau accentue l’utilisation de la fonction dominante, jusqu’à tomber dans les excès de celle-ci.

Par exemple :

  • Un INTP, dont la fonction dominante est Ti – pensée introvertie, va tourner en rond intellectuellement, tomber dans l’autocritique et le dénigrement de soi, avoir des difficultés à prendre une décision et se confiner dans l’inaction.
  • Un ISFJ, de dominante Si – Sensation introvertie, va raisonner à court terme, rejeter les nouvelles idées, se focaliser sur le risque d’échec et refuser de faire confiance à quiconque.

A chacun son cerveau : stress moyen

Stress moyen

Le cerveau soumis à une situation qu’il ne peut pas résoudre va chercher à utiliser une autre fonction. En premier lieu, il va garder la fonction dominante en inversant son pôle d’énergie introversion / extraversion.

Néanmoins, cette fonction étant moins maîtrisée, elle sera utilisée de façon brouillonne et avec excès.

  • L’INTP va ainsi passer de Ti à Te (pensée extravertie). Il sera soudain dictatorial, avec des décisions brutales et des pics d’autorité, entêté à avoir raison.
  • L’ISFJ passera de Si à Se (sensation extravertie). Cela crée des risques d’hyperactivité, de prise de risque, de colère contre l’environnement, d’importance exagérée aux plaisirs du corps.

A chacun son cerveau : stress lourd

Stress lourd

Sous l’effet d’un stress de longue durée, le cerveau se met à fonctionner selon le profil inverse de celui naturel. C’est un mode de fonctionnement qui surajoutera de la fatigue au stress. Ainsi :

  • L’INTP va fonctionner en ESFJ, avec une fonction dominante Fe (sentiment extraverti), qu’il maîtrise mal. Cela pourra lui donner tendance à vouloir sauver les autres malgré eux, à une émotivité instable avec des sentiments effusifs à contre-temps, à une peur de l’échec et un perfectionnisme excessif.
  • L’ISJF deviendra ENTP, avec une fonction Ne (intuition extravertie) problématique : se surcharge de travail, se donne trop de choix et procrastine, fantaisie débridée, part dans tous les sens…

A noter que sous l’effet du stress lourd, ce sont plutôt les travers de la fonction adopté qui ressortent. En effet, un ENTP naturel pourra plus facilement utiliser les effets bénéfiques de Ne (l’intuition extravertie) sans tomber dans ses travers. Ces derniers relèvent pour lui d’un stress léger).


A chacun son cerveau : sortie de stress

Sortie de stress

La sortie de stress se fait par l’utilisation des aspects positifs de la fonction d’énergie opposée à celle du stress lourd. Par exemples :

  • L’INTP, naturellement Ti, bascule en Fe en cas de stress lourd. Sa sortie de stress se fera via Fi (sentiment introverti). Ainsi, reprendre contact avec sa nature et ses valeurs, rechercher la paix et l’harmonie, prendre du temps pour soi, comprendre les autres et ressentir de l’empathie seront des facteurs d’apaisement pour l’INTP.
  • L’ISFJ, de nature Si passe en Ne sous l’effet du stress. Son retour à sa normale passera par Ni (intuition introvertie). Cette dernière revient à l’introversion, mais tournée vers l’avenir : de la solitude pour chercher de nouvelles idées, du temps pour approfondir et maturer, la clarification de la vision à long terme.

Ces deux profils retrouvent leur calme par un retour à l’introversion, là où sous l’effet du stress ils avaient un comportement extraverti.

Au contraire, un profil naturellement extraverti tel que ESFJ (fonction Fe) basculera sous l’effet du stress en Ti (autocritique, dénigrement, inaction) et en sortira via Te. Soit une fonction qui planifie, dirige, cherche la cohérence, décide rapidement et agit.


Le parcours de stress de l’INTP :

Le parcours de stress de l’ISFJ :


Le livre de F Marquet m’a paru dans un premier temps assez difficile à pénétrer. Il est très didactique, mais la densité des informations est telle que pour une première approche des fonctions cognitives, il est compliqué. Une fois cette difficulté passée, il contient énormément d’éléments d’approfondissement. Les annexes sont détaillées, avec des présentations pour chaque profil des mécanismes de stress. Le livre inclut également des stratégies et positionnements en situation professionnelle selon chaque profil.

Crédit photos : 
A chacun son cerveau, à chacun sa réussite ! par Frédéric Marquet
Photo by Tom Barrett on Unsplash
Photo by Max LaRochelle on Unsplash
Photo by NASA on Unsplash
Photo by Marion Michele on Unsplash